Le PERP, vedette des niches fiscales pour préparer sa retraite

Parmi les différents moyens d’améliorer sa retraite (cf  10 moyens d’ améliorer sa retraite  ), le PERP (Plan d’Epargne Retraite Populaire) est le système qui récupère actuellement le plus d’adhérents, grâce à l’économie fiscale qu’il permet.

51% des français déclarent épargner pour leur retraite bien qu’ils soient 67% à être inquiets pour leurs revenus des vieux jours ! La plupart du temps, les français privilégient l’assurance-vie et le livret A mais le PERP, créé il y a 10 ans est de plus en plus populaire et gagne + de 30% de souscriptions en un an SANS effort commercial particulier !

La raison en est simple: le PERP est l’un des derniers placements permettant des économies d’impôts.

Sur un PERP, les cotisations versées chaque année sont, pour chaque membre du foyer fiscal, déductibles du revenu imposable dans certaines limites bien sûr: 10% des revenus plafonnés à 8 Pass (Plafond Annuel de la Sécurité Sociale) soit 29626 euros en 2014 avec un plancher de 3703 pour les revenus faibles.

Par ailleurs, avec un PERP, les possibilités de déduction des 3 années précédentes (ainsi que celles du conjoint ou partenaire pacsé) sont encore utilisables.

De plus, lors de sa constitution, le PERP est exonéré de prélèvements sociaux (15,5%) et échappe à l’ISF quand on y est soumis, y compris quand il est en période de rente (sous réserve d’avoir cotisé au moins 15 ans).

Attention quand même car l’avantage fiscal d’un PERP est la contrepartie d’un dispositif contraignant !

Les sommes versées sur un PERP sont immobilisées jusqu’à la retraite (sauf force majeure: décès, invalidité, expiration des droits au chômage, liquidation d’entreprise, surendettement) et quand on les récupère, il s’agit uniquement d’une rente viagère imposable, dont le montant parait toujours faible quand on regard les longs efforts d’économie consentis.

Un PERP est aussi souvent très chargé en divers frais (surprimes, encours gérés, rentes en sortie, etc..) et sa gestion financière dépend de l’assureur qui s’en occupe.

Laissez un commentaire ou posez une question

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer