Titrisation des crédits immobiliers: le retour

Les subprimes vont-ils revenir sur les marchés ?

La Banque de France a lancé en effet une concertation pour relancer la technique de titrisation de crédits immobiliers, technique qui a permis les subprimes.

La titrisation consiste à transformer une créance en titres financiers : l’actif est cédé à un véhicule ad hoc, qui émet en contrepartie des titres pour pouvoir en financer l’acquisition. La créance est négociée sur le marché et vendue à d’autres banques ou à des investisseurs, ce qui permet de transférer le risque de l’actif immobilier à d’autres acteurs.

La nouvelle réglementation de Bâle III impose aux banques de disposer de davantage de capital pour garantir les prêts qu’elles distribuent.

Bâle III impose aussi des contraintes renforcées de liquidité.

Bâle III augmente donc le coût qu’ont les banques quand elles prêtent, notamment sur les crédits immobiliers à taux fixe.

La titrisation de crédits immobiliers permettrait de sortir ces prêts des bilans des banques et certains banquiers considèrent qu’il existe un besoin pour financer les nouveaux crédits.

Selon les banquiers, le risque n’est pas lié à la titrisation, mais à l’actif titrisé.

La titrisation de crédits immobiliers sains en Europe s’est bien comportée pendant la crise, contrairement à celle des actifs à risque aux USA.

La titrisation de crédits immobiliers ne serait pas risquée puisqu’elle concernerait des crédits immobiliers à taux fixe, accordés avec toutes les règles de prudence des banques françaises et via des mécanismes de titrisation simple.

La Banque de France, qui se veut comme garantie que tout se passe sérieusement, étudie des modèles de titrisation tenant compte de la nature des actifs, des marges moyennes des crédits immobiliers et de ce que voudraient en face les investisseurs.

La titrisation de crédits immobiliers verrait le jour si elle est assez rentable pour les banques qui ont des marges faibles sur les crédits immobiliers, qui sont des attrapes clients.

L’intérêt du gouvernement serait lui de desserrer la contrainte de liquidité sur les banques pour qu’elles financent plus l’économie.

Laissez un commentaire ou posez une question

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer