La vérité sur la réforme de la taxe d’habitation à la sauce Macron

Non, la taxe d’habitation ne va pas être supprimée !

Regardons dans le détail cette réforme de la taxe d’habitation qui réserve des surprises et parfois des augmentations !

En 2018, certains ménages français auront un dégrèvement de 30% de leur taxe d’habitation, puis un deuxième dégrèvement de 65% en 2019 et enfin 100% en 2020. Voilà pour la théorie.

Pour 2018, les foyers dont le revenu fiscal ne dépasse pas 27000 euros pour la première part de quotient familial (majorés de 8000 euros pour les 2 demi-parts suivantes et de 6000 euros pour chacune des demi-parts supplémentaires) auront une diminution de 30% de la taxe d’habitation.

Chaque année, l’administration fiscale revalorisera le plafond de revenus à respecter pour bénéficier de cette mesure et comparera ce nouveau plafond à votre revenu fiscal de référence pour vérifier si vous pouvez toujours bénéficier du dégrèvement.

Déjà ça se complique puisque si les revenus dépassent un peu le plafond, il y aura un « taux réduit » de dégrèvement. Par exemple pour 2018, vous aurez droit à ce mini dégrèvement si votre revenu de référence est supérieur à 27000 mais inférieur à 28000 euros pour la première part de quotient familial, majorée de 8500 euros pour les 2 demi-parts suivantes et 6000 euros pour chacune des demi-parts supplémentaires. A noter que ce calcul aussi sera changé chaque année.

Si avant 2018 vous aviez déjà un dégrèvement (par exemple en raison d’une personne à charge), vous continuerez à l’avoir.

Mais attention à la taxe d’habitation des autres résidences que la principale !

En effet, la réforme ne concerne QUE la taxe d’habitation de la résidence principale.

Celle de votre éventuelle résidence secondaire ou des logements que vous louez seront à payer comme d’habitude.

Si la commune a voté une surtaxe aux résidences secondaires, elle sera à payer aussi.

Si vous êtes propriétaire d’une habitation vide dans une commune soumise à la taxe sur les logements vacants (TLV) ou la taxe d’habitation sur les logements vacants (THLV), vous paierez aussi.

Et comme les communes auront moins de ressources, il est même à prévoir que toutes ces taxes augmenteront.

En ce qui concerne la taxe d’habitation des résidences secondaires, Paris et Nice ont déjà annoncé une augmentation de 60%, Bordeaux de 50%, Saint-Jean de Luz de 40%

Laissez un commentaire ou posez une question

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer