La Société Générale va fermer les comptes du Front National

Alors que le Front National se plaignait de ne pouvoir convaincre aucune banque française de collaborer avec lui (à tel point qu’il demandait une loi pour obliger les banques à le financer) et que d’un autre côté la Société Générale prétendait n’avoir quasiment aucun rapport avec les partis politiques, on apprend aujourd’hui que la Société Générale va fermer les comptes du Front National.

C’est Mediapart qui a sorti l’affaire (https://www.mediapart.fr/journal/france/211117/la-societe-generale-demande-au-fn-de-cloturer-ses-comptes ), avec France Inter.

Immédiatement, Louis Alliot est monté au créneau pour dénoncer une cabale, une mise à mort, etc, etc..

Pourtant, le compagnon officiel de Marine Le Pen a défendu haut et fort le fait qu’il fallait gérer les finances en bon père de famille. Et le moins qu’on puisse dire est qu’il n’est pas très sain et de bonne gestion d’avoir le Front National comme client, quand on est une banque.

Outre le manque de revenus causé par les déculottées électorales de l’ancien auto-proclamé “1er parti de France”, les irrégularités dans la gestion des comptes avec les kits de campagnes surfacturés (voir http://www.leparisien.fr/faits-divers/un-systeme-monte-sur-kit-13-12-2016-6447558.php  ) et de certains très proches de Marine le Pen (https://www.buzzfeed.com/davidperrotin/panama-papers-pourquoi-la-defense-du-fn-ne-tient-pas-vraimen ) et le fameux prêt russe risquent bien de transformer le Front National en chewing gum du Capitaine Haddock pour toute banque qui l’aura comme client.

En effet, si les nouveaux propriétaires de la dette du Front National exigent l’argent (comme semble le montrer l’évolution des russes à ce sujet), alors le Front National devra rembourser 9 millions

Par ailleurs, nul ne sait officiellement si le Front National a remboursé le prêt de 4 millions que lui avait fait la Société Générale en 2012 (http://www.liberation.fr/politiques/2017/04/10/marine-le-pen-un-pret-de-l-etranger_1561825 ) -hé oui, la SG a prêté de l’argent au FN.

Avec la loi actuelle, si le Front National est en dépôt de bilan, la banque pourrait être appelée en soutien.

Est-ce ce risque qui pousse la Société Générale à demander au FN de fermer ses comptes chez elle ?

A moins que ceci ne soit une manière d’achever le Front National et Marine Le Pen au moment où sa nièce n’est pas du tout prête à prendre le relai et où les cadres moteurs sont partis avec Philippot ..

On peut aussi penser avec un peu plus de vice, que la Société Générale met la pression sur le Front National, en accord avec les russes et en échange d’un apurement de ses ennuis dans Rosbank contre bien évidemment la récupération par les russes des 9 millions pariés à perte sur Marine Le Pen (9 millions mais sans doute plus).

Même si la Société Générale se mure dans un silence officiellement pour garder le secret bancaire, ne doutons pas du bruit que feront les membres du Front National afin que cette affaire devienne politique et non seulement économique.

Notons aussi par ailleurs, que malgré ses dettes de plusieurs millions à la fin de l’ère Sarkozy, l’UMP Les Républicains ne semble pas avoir le même problème, alors même qu’ils n’ont officiellement pas beaucoup de ressources de financement.

Laissez un commentaire ou posez une question

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer