Communiqué de presse de Standard & Poor’s sur la dégradation du AAA de la France

S&P – République française : note non-sollicitée à long terme abaissée à
« AA+ » ; la perspective est « négative »

TELECONFERENCE Samedi 14 janvier – 16h00, heure de Paris
(informations pratiques en fin de communiqué)
PARIS, le 13 janvier 2013
Résumé
– Standard & Poor’s abaisse la note à long terme, non sollicitée, de la République Française à « AA+ ». Dans le même temps, nous confirmons la note à court terme, non sollicitée, de la République Française à « A-1+ ».
– Cet abaissement traduit notre opinion sur l’impact des difficultés croissantes de la zone euro -à laquelle la France est étroitement intégrée – dans les domaines politique, financier et monétaire.
– La perspective attachée à la note à long terme est « négative ».
Décision de notation
Le 13 janvier 2012, Standard & Poor’s Ratings Services abaisse la note non sollicitée à long terme de la République Française de « AAA » à « AA+ ». Dans le même temps, la note non sollicitée à court terme « A-1+ » est confirmée. Ces notes sont retirées de la liste de surveillance où elles avaient été placées avec implication négative le 5 décembre 2011. La perspective attachée à la note à long terme est « négative ».
Notre évaluation des risques de transfert et de convertibilité (T&C) pour la France, comme pour tous les membres de l’Union Economique et Monétaire Européenne (la zone euro) demeure « AAA », car nous estimons extrêmement faible la probabilité que la Banque Centrale Européenne (BCE) limite l’accès des entités non-étatiques aux devises étrangères pour le service de leurs dettes. Cette opinion se fonde sur l’accès plein et entier aux devises étrangères dont bénéficient actuellement les détenteurs d’euros, situation qui nous semble devoir perdurer dans un avenir prévisible.
Argumentaire
L’abaissement traduit notre opinion sur l’impact des difficultés croissantes de la zone euro dans les domaines politique, financier et monétaire.
L’issue du sommet de l’Union Européenne du 9 décembre 2011 et les déclarations ultérieures des différents responsables politiques nous ont conduit à considérer que l’accord obtenu ne constituait pas une avancée suffisamment importante, ni dans son étendue, ni dans son montant, pour permettre de
résoudre structurellement les difficultés financières de la zone euro. Nous estimons que cet accord politique n’offre ni les ressources additionnelles, ni la flexibilité opérationnelle suffisantes pour soutenir les plans de sauvetage européens et ne constituerait pas non plus une mesure de soutien suffisante
pour les Etats de la zone euro faisant l’objet d’une pression accrue des marchés.
Nous pensons également que cet accord se base sur un diagnostic incomplet des causes de la crise, à savoir que les turbulences financières actuelles proviendraient essentiellement du laxisme budgétaire à la périphérie de la zone euro.

Nous pensons pour notre part que les problèmes financiers auxquels la zone doit faire face sont au moins autant la conséquence de l’accroissement de
déséquilibres extérieurs et de divergences en matière de compétitivité entre les pays du noyau dur de la zone et les pays dits « périphériques ».
Il nous semble donc qu’un processus de réformes basé sur le seul pilier de l’austérité budgétaire risque d’aller à l’encontre du but recherché, à mesure que la demande intérieure diminue en écho aux inquiétudes croissantes des consommateurs en matière de sécurité de l’emploi et de pouvoir d’achat,
entraînant l’érosion des recettes fiscales.
Par conséquent, nous avons ajusté à la baisse le score « politique et institutionnel » de la France, conformément à nos critères de notation des Etats Souverains. Cette décision traduit notre opinion selon laquelle l’efficacité, la stabilité et la prévisibilité des politiques et des institutions européennes
n’ont pas été suffisamment renforcées au regard de l’intensité de ce que nous estimons être une crise financière qui s’accroît et s’aggrave au sein de la zone euro.
Les notes de la France continuent de refléter notre opinion sur le fait que le pays bénéficie d’une économie riche, diversifiée et résiliente, ainsi que d’une main d’oeuvre hautement qualifiée et productive. Ces points forts sont partiellement contrebalancés, selon nous, par un endettement public
relativement élevé ainsi que par les rigidités du marché du travail. Nous notons toutefois que le gouvernement a engagé une stratégie de consolidation budgétaire ainsi que des réformes structurelles à cet égard.
Perspective : négative
La perspective « négative » attachée à la note à long terme de la France indique qu’il existe selon nous au moins une chance sur trois pour que la note soit à nouveau abaissée en 2012 ou en 2013 :
– si les finances publiques déviaient de la trajectoire prévue par les projets de consolidation budgétaire. Si la croissance économique de la France pour 2012 et 2013 se révélait inférieure aux prévisions actuelles du gouvernement (respectivement de 1% et 2%), les mesures budgétaires annoncées à ce jour pourraient s’avérer insuffisantes pour atteindre les objectifs de réduction des déficits pour ces mêmes années.
Si les déficits publics de la France restaient proches des niveaux actuels, conduisant à l’augmentation progressive de la dette publique nette au-delà de 100% du PIB (contre un peu plus de 80% actuellement), ou si la croissance économique devait demeurer faible sur une période longue, cela pourrait conduire à une dégradation d’un cran de la note ;
– si un accroissement des risques économiques et financiers dans la zone euro conduisait à une augmentation substantielle des engagements conditionnels ou à une détérioration significative des conditions de financement extérieur.
A l’inverse, la note pourrait se stabiliser au niveau actuel si les pouvoirs publics parviennent à mettre en oeuvre de nouvelles réductions des déficits afin de stabiliser le ratio d’endettement public dans les deux à trois prochaines années ainsi qu’à mettre en place des réformes favorisant la croissance économique

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer