Cartes de crédit pour migrants

Les cartes de crédit pour migrants alimentent les rumeurs et fantasmes depuis quelques temps. Qu’en est-il vraiment ?

Tout a commencé par le député européen d’extrême droite Bernard Monot qui a parlé cet été d’une «carte bleue délivrée par le ministère de l’Intérieur aux demandeurs d’asile», et qui selon lui permettait “d’effectuer des retraits pouvant aller, selon les cas, jusqu’à presque 40 euros par jour”.

carte-de-credit-migrant

Bernard Monot, exprès ou pas, fait de l’amalgame puisque ce dont il parle est une allocation temporaire d’attente (ATA), versée à plusieurs catégories de personnes : demandeurs d’asiles (ayant une autorisation de séjour et ayant demandé le statut de réfugié), apatrides, salariés expatriés ou détenus libérés (s’ils n’ont pas assez travaillé pour bénéficier d’une allocation d’aide au retour à l’emploi) et migrants.

Pour les migrants, l’ATA a été remplacée depuis 2015 par l’ADA ou allocation pour demandeurs d’asile.

Cette aide est familiale et est accordée si le bénéficiaire est majeur, a des ressources inférieures au RSA, a demandé l’asile, a accepté les conditions d’hébergement imposées, et s’est présenté au lieu assigné.

Le montant de cette aide est de 6,80 euros par jour par personne, 10,20 euros par couple et il faut être une famille de 10 personnes pour atteindre les 40 euros dont parle Mr Monot.
allocation-demandeurs-d-asile

L’ATA coûte en 2016 un peu moins de 140 millions.

La carte bancaire dont parle le Front National est le seul moyen de fournir cet argent car les migrants n’ont pas de compte en banque.

+ d’infos ici.

Marine Le Pen ment donc quand elle dit que les réfugiés en Turquie vont recevoir une carte bleue avec un compte en banque.

En Turquie il ne s’agit aps de l’ADA mais d’un programme d’aide mis en place par le Croissant Rouge (équivalent musulman de la Croix Rouge) et l’Union Européenne (voir ici).

Il ne s’agit que de cartes prépayées, avec les montants indiqués plus haut, et qui permettent d’ailleurs, mieux que l’argent liquide qui serait rapidement racketté, d’alimenter les commerces situés aux alentours des zones de migrants.

Et bien entendu, comme avec les cartes PCS, aucun compte en banque n’est attaché à la carte de migrant..

 

2 commentaires

  1. ETIENNE 8 octobre 2016
    • admin 10 octobre 2016

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer