Fusion Sgam Caam ou le début du dépeçage de la Société Générale

Malgré la campagne de presse menée par la Société Générale et le Crédit Agricole, l’affaire de la fusion CAAM et SGAM ne trompe personne ne serait-ce que parce qu’elle a été “menée” du côté SGAM par Mr Mustier, placé dans ce placard doré suite à l’affaire Kerviel. Il s’agit en réalité du début de la fin de la SG telle qu’on la connaissait jusqu’à présent.

Quelques mois après le début de la fin, les prédateurs de la Société Générale: le Crédit Agricole, la BNP et HSBC vont progressivement entrer en scène.

Premier acteur le Crédit Agricole qui prend son bout de gras avec SGAM en créant une société détenue à 70% par lui-même et dirigée par le Crédit Agricole.

Plombée potentiellement par le scandale russe (Rosbank) qui risque d’éclater d’un jour à l’autre et par le manque à gagner de l’activité où la SG était traditionnellement forte maintenant qu’il n y a plus d’activité, la Société Générale ne peut pas se défendre d’alliances considérées comme stratégiques d’ailleurs par les politiques qui verraient d’un sale oeil des banques étrangères s’emparer de l’ex-fleuron de la banque d’affaires “à la française”.

Bientôt un bout de la salle des marchés de la SG racheté par HSBC ?

Laissez un commentaire ou posez une question

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer